La trousse personnelle de la Team

Grandes ou petites balades, nous tentons de parer au mieux aux incidents de la route. 


C'est un grand classique sur les sites cyclo que de retrouver ce qui compose la trousse de dépannage de l'auteur. Nous allons donc essayer d'être plus originale, plus précise, plus organisé pour tenter de renseigner au mieux ceux qui débutent.

Un vélo a toujours l'aspect d'un objet simpliste mais il est truffé de détails. Il peut même être d'une mécanique assez complexe suivant ses équipements. Nous n'allons pas entrer dans des détails dont nous n'avons pas la maîtrise. Nous ne sommes ni vélocistes, ni mécaniciennes. Le but ici est de voir via une nomenclature simple, les grandes thématiques qui posent souvent problème et de vous déballer la trousse idéale qui pourra les résoudre. 

Précision : La nomenclature est basée sur notre modèle de vélo. Vous pourrez sûrement y trouver un intérêt si comme nous, vous êtes monté en Shimano, avec des freins à disque. 


D'après notre nomenclature de base, vous observerez en rouge les éléments de transmission et en bleu les autres éléments.
La transmission est primordiale car elle est soumise à rude épreuve. Changements réguliers de vitesse, vibrations des routes, météo (poussière, boue, pluie)... autant de facteurs qui peuvent nuire à ses fonctions.

Pour le reste en bleu, les éléments sont tout aussi importants : pneu (et chambre à air), freins et rayons.


Nous partons du principe comme beaucoup de cyclotouristes que ces éléments, sur de nombreux kilomètres, peuvent avoir besoin d'être dépanné. Le dépannage s'effectue d'une part avec les outils adaptés, d'autre part avec les pièces de rechange. Voici donc le contenu de notre trousse personnelle pour faire face sur plusieurs semaines de voyage dans toutes les conditions (avec nos références constructeur) :


Pour les éléments de transmission :
- un petit rouleau de câble (diamètre 1,2) pour les dérailleurs 
- un petit rouleau de câble (diamètre 1,5) pour les freins
- une bonne longueur de gaine qui servira à passer les câbles précités
- une petite longueur de câble électrique (pour bloquer le dérailleur sur le cadre afin de remonter ou réparer la chaîne sans être gêné)
- une ou deux pattes de dérailleur arrière
- quelques maillons rapides compatibles avec la chaîne
- une chaîne neuve
- quelques embouts de câbles et de gaines

Pour mettre en place ces pièces de rechanges, nos outils sont : une pince coupante, une pince multiprise, une pince à maillon rapide, un jeu de clés Allen, une mini clé à cliquet avec différents embouts (torx entre autres), un jeu de clés plates, deux tournevis (un petit plat et un cruciforme), une clé ultra plate de 15 (pour les pédales), un dérive-chaîne (mettez-y le prix... j'en ai déjà pété deux comme bien d'autres...).
Evidemment, ces pièces une fois montées auront besoin de lubrifiant. Nous utilisons un lubrifiant à base de téflon pour préserver au maximum l'ensemble de la transmission. Une brosse à dent usagée accompagnée d'un flacon de distillat de pétrole en guise de nettoyant et d'un chiffon.


Pour les autres éléments :

- quelques rayons de rechange
- deux paires de plaquettes de frein
- un pneu de secours à tringle souple
- une petite bassine pliable étanche pour la détection des fuites
- trois chambres à air neuves pour les vélos + une ou deux pour la remorque
- un rouleau de fond de jante
- des "rustines" avec un tube de dissolution
- une pompe capable de gonfler indifférement des valves Schrader ou Presta
- un petit flacon d'acétone qui remplace le papier de verre en cas de crevaison

Ici les outils sont : une clé à rayon, un jeu de clés Allen (le même que précédement), trois démontes-pneu, un chiffon, une clé à cliquet avec ses embouts (la même que précédemment), un manomètre de pression, un fouet à chaine, un démonte cassette Shimano (+une douille de 21 prévu pour entrer dans le démonte cassette).


Nous ajoutons car c'est utile : un petit rouleau d'adhésif conçu pour l'isolation électrique (marque Tesa); un petit lot de vis, rondelles et écrous ; des tendeurs ; des serflexs ; un "chouilla" de graisse dans un contenant. Cette graisse est au lithium pour résister à l'eau et la corrosion (elle est de couleur verte).


Si vous bricolez chez vous, d'autres outils peuvent être utiles comme l'indispensable pied de support de vélo, de l'huile pour purger les freins (pour nous une huile minérale Shimano), un kit de purge pour faire ça proprement, divers outils habituels (marteaux, tournevis, pinces etc.). Un compresseur est aussi très pratique pour gonfler rapidement les pneus.



Nos conseils :

- Un tube de dissolution se périme avec le temps et selon ses conditions d'exposition. Vérifier ses capacités avant de l'introduire dans la trousse de dépannage...
- Vérifiez bien les empreintes des vis et boulons présents sur votre monture... Les vis cruciformes (Phillips et Pozidriv) laissent de plus en plus place à des vis torx (en étoile) qui se déforment moins et qui supportent de forts couples de serrage. En visualisant les empreintes, on s'assure d'avoir les douilles et les embouts qui correspondent. Sur de nombreux éléments, l'empreinte 6 pans (Allen ou BTR) est partout.
- Les pièces de rechange que nous prenons pour les vélos s'accompagnent aussi des pièces de rechange pour l'équipement ou d'outils spécifiques. Des sardines de tente par exemple, des goupilles de sécurité, un maillet, des piles etc. Il faut penser à tout !
- Pour des voyages au très long cours, le pédalier, les plateaux nécessiteront peut-être un démontage ; prévoyez les clés appropriées. Il est plus logique de changer complètement le "kit chaîne" quand l'usure est générale (cassette + chaîne + plateaux).
- Un carnet qui contient vos références habituelles de pièces sera toujours utile pour vous adresser à un vélociste en chemin. Un genre de carnet d'entretien où vous pouvez annoter les références, les dates précises des derniers changements. Ces informations précieuses peuvent aussi être réunies dans l'application Mecano Velo dont nous vous parlions dans les liens utiles. Une façon peu encombrante de tout avoir sur vous de façon permanente.



A vous de juger selon votre voyage ce qu'il sera judicieux d'emmener. La durée du parcours, la météo, les conditions de terrain sont autant de paramètres à considérer. Le superflu ne le devient plus en cas de chute quand tout se dérègle et que certaines pièces pètent net sans laisser aucune chance à un cycliste non équipé. J'ai déjà vu un cyclotouriste bloqué dans un hôtel sans patte de dérailleur arrière...
Vous ne pourrez jamais TOUT réparer mais parer au moins à beaucoup de choses basiques handicapantes quand elles ne fonctionnent plus.
De même, notre trousse présentée ici est gonflée au maximum mais vous pouvez très bien décider d'acheter les pièces dans les villes traversées selon les besoins jour après jour.


Pour des balades toute simple, nous optons pour une petite trousse de dépannage :
Kit pour crevaison, attaches rapide, dérive-chaîne, une pompe, une patte de dérailleur arrière, des clés Allen.
Astuce : Ces petits outils rentrent sans problème dans un bidon... une bonne option pour les avoir sous la main et optimiser le rangement.


Nous avons appris beaucoup en manipulant nous-mêmes nos vélos. L'avantage de ne rien connaître au départ, et donc de ne faire que des conneries, c'est qu'on retient bien. On se rapelle ses erreurs, on les corrige, on tente de trouver des astuces pour aller plus vite ou pour s'améliorer. La mécanique vélo est un métier au même titre que celle pour les voitures. Nous n'avons pas toutes les compétences mais quelle fierté de se dépanner soi-même ! Sans compter l'aspect pratique au bord d'une route ou bien souvent personne ne s'arrête proposer son aide.

Retrouvez nos références de pièces (ou comment trouver les compatibilités de vos pièces dans le commerce) et nos astuces de montage ici  !