Nos remorques


Nous en possédons deux.


Notre premier modèle :


C'est une Croozer dog de 2012. Elle pèse près de 15 kgs à vide et ne possède pas de roue de secours. Équipée d'une bâche pour la pluie achetée séparément mais conçue pour cette remorque, tout est toujours bien au sec en cas d'averse. Cette option est plus que nécessaire puisque comme sous-entendu dans son appellation, le fait qu'elle soit à la base pour un animal lui confère beaucoup d'aérations. Pourquoi avoir choisi un modèle destiné aux animaux ? Le rapport charge utile/volume et la stabilité n'y sont pas pour rien.

45 kgs de charge utile et des roues de 20 pouces qui lui permettent d'être assez stable malgré les ornières de la route. La vitesse doit évidemment rester relative quand on tracte une remorque, en l'occurrence 25 km/h pour celle-ci à en croire le constructeur. Ça frustre quand on a une belle descente, mais à l'arrivée le matériel est toujours en état... Je vous le dis en off, les 25km/h ont été largement dépassé.

Pour l'avoir testé de nombreuses fois, nous en sommes très contentes. Le montage est rapide et simple. Sa qualité et son esthétique sobre nous conviennent. Honnêtement, c'est un très bon produit pour l'usage qu'on lui destine : périples et balades diverses en transport de matériels. 45 kgs de charge utile, comme précédemment dit et 300 litres de volume utile... ça laisse rêveur.

Petits points noir :
- Je trouve, à titre personnel, qu'un seul bras d'attelage est une cause évidente d'instabilité. Deux bras auraient été techniquement plus commodes et surtout, amplement réalisables sur ce type de modèle.
- Le fond de la remorque est composée de plastique tendu. En gros, une partie de la charge repose sur la bâche et l'essieu mais côté opposé, tout repose sur cette seule bâche. Certes elle est robuste mais même en équilibrant la masse, il y a un risque de déchirure avec le poids qui s'additionne aux vibrations régulières de la route. Plusieurs solutions sont possibles pour résoudre le problème mais je n'en vois qu'une seule qui puisse permettre de conserver le pliage de la remorque : une planche de fond à fixer. L'intérêt est de pouvoir la retirer à votre guise pour replier la remorque au besoin. Un tutoriel vous montrera en détails et en photos cette solution simple.
- J'ajoute que nous n'avons pas pu obtenir une troisième roue et un "guidon" pour la transformer en poussette car ce produit avec ces configurations n'est pas disponible dans notre très chère France. Nous sommes très en retard sur nos voisins européens sur le développement relatif au cyclotourisme en matière d'équipements et de sécurité. Nous devons nous fournir souvent sur des sites qui se fournissent eux-même en Allemagne où le vélo est autrement considéré. Le fait que la remorque ait deux roues est déjà un avantage puisqu'en la désolidarisant du vélo, la faire rouler seule est pratique contrairement à une remorque mono-roue qui n'a plus son équilibre.

Nous avons opté pour un système de fixation supplémentaire afin de pouvoir dégager rapidement la remorque d'un vélo et la glisser sur l'autre (en cas de fatigue...) sans avoir à tout démonter ou à échanger de vélo (ce qui serait ennuyant puisque nous avons chacune nos options et qu'en plus, Sou se retrouverait avec la vilaine Ficelle...


PRIX : 210 €

Edit : La nouvelle version de cette remorque - la version 2014 - répare les quelques points noirs que nous avions soulevés à l'époque. La planche de fond a été crée sur ce nouveau modèle sous la forme d'un fond en plastique dur et noir. Et puis, le mode "poussette" est enfin disponible avec une troisième roue à l'avant et une barre de guidage. Ces nouveaux éléments s'ajoutent à une couleur plus terne selon nous. La différence de prix entre ces deux modèles est d'environ 80 euros (soit environ 290 € pour cette version). Toujours qu'un seul bras d'attelage mais visiblement, une pochette de rangement a fait son apparition (ce qui n'a rien à voir mais qui donne un "plus" à l'ensemble). Les pneus passent mystérieusement en 16 pouces...


Notre deuxième modèle :


La Bob Ibex (ni plus ni moins que la version classique de la Bob avec un amortisseur en plus). Une monoroue cette fois... ce type de remorque semblait rédhibitoire au départ. Mais après l'expérience du premier périple, deux gros points noirs ont fait leur apparition et nous ont fait penser qu'une monoroue aurait aussi sa carte à jouer :
- D'abord l'etroitesse de certains chemins cyclables quand nos balades se destinent à emprunter des routes touristiques. Les bittes en bois et autres barrières à la con sont tout sauf pratiques avec une "deux roues" de 20 pouces en plus... On a toujours peur de l'esquinter et au final, on roule au ralenti. Sans compter les autres cyclistes à croiser, sur des petits chemins, c'est pas évident.
- Ensuite et surtout, le transport public français. Nous vous le racontions à notre retour du périple de septembre 2014, la SNCF est une catastrophe en matière de services pour le cyclotourisme. Et je suis loin d'être la seule à le dire ! Et en général malheureusement, le train fait partie des moyens les plus rapides pour se rendre à nos points de départ de périple. Et le train avec une deux roues, deux vélos, un chien... je vous garantie des moments de joies. D'autant que la remorque n'a aucune considération à la SNCF et que c'est un bagage normal que vous êtes censé pouvoir plier à chaque instant. Sauf quand elle est bourrée de bordel...


Bref, vous l'aurez compris, notre Crozer, elle est bien mais il faut la prendre uniquement sur route et si le train n'est pas compris dans l'aventure. 

Après avoir compris notre douleur et reconsidéré la chose avec cet angle nouveau, je me suis mise en recherche d'une monoroue capable de nous séduire. Esthétisme, charge utile, volume utile, taille de la roue, spécificité, système de raccord au vélo, marque, prix, autant de paramètres à juger pour trancher définitivement. 

Et notre choix s'est arrêté sur elle. Pas pour le prix que vous découvrirez en bas de page...

Quelques points forts et comparatifs avec la Crozer :


- 9 kgs à peine à vide (et avec le sac) contre 15 pour la Crozer.
- Une roue de 16 pouces au lieu de deux de 20 pouces.
- Vitesse moins dangereuse avec la Bob ibex grâce à une seule roue et deux bras d'attache, la remorque fait davantage corps avec le vélo.
- Un amortisseur absent sur la Crozer.
- Des possibilités sur le châssis pour fixer des gourdes supplémentaires (en plus du vélo), petit plus.
- Sac de la remorque 100% étanche, pas besoin d'investir dans une bâche supplémentaire.


Il ne s'agit pas d'en discriminer une plus que l'autre. Ces comparaisons font clairement apparaître les forces et faiblesses qui nous aident à faire le bon choix au moment d'un départ, aussi court soit-il.

Adoré par certains, détesté par d'autres, la célèbre Bob n'a plus à faire ses preuves. Nous misons là sur une qualité sûre mais nous jugerons sur le long terme.
Pour ce qui est du volume utile et de la charge utile, pas de panique : 90 litres et 32 kgs. Les constructeurs laissant toujours une petite marge de manoeuvre entre la théorie et la pratique... ça nous ouvre de belles perspéctives. Elle officiera en 2017 pour son premier voyage !



PRIX : autour de 550 €


Ci-dessous une galerie complète des deux remorques.

Photos Bob Ibex en cours de montage...