Le vol

Eloigner les opportunistes avec de vraies solutions. 


Plaie n°2 dans notre top 10 des galères (la première étant la crevaison), le vol est plus qu'une crainte. Il est aussi une catastrophe si vous partez loin et sans trop d'avance financière. 
Deux types de cas fréquents : soit on vous vole des affaires dans les bagages, voire les bagages. Soit des éléments du vélo type selle, dérailleurs, sonettes, roues etc. Les attaches rapides étant une aide précieuse à la rapidité de ces derniers vols.
Et si vous êtes vraiment né sous la mauvaise étoile, c'est carrément le vélo qui peut disparaître... vous laissant sans rien. Rien de rien.

Un bel arceau... vide.


C'est en commançant la discipline que mon oeil à trouvé ses premiers réflexes. En regardant les vélos stationnés  dans mes déplacements quotidiens à travers la France, quelque chose m'a vite fait tilt. Sur toutes ces montures, nombre d'entres elles étaient devenues incomplètes n'ayant plus de selle, de pédales, de roues... J'en ai même apperçu un fraîchement dépouillé de tous ses éléments laissant le cadre allongé au sol entouré de sa chaîne encore cadenacée.

C'est au fil des constats que je me suis dit naturellement qu'il devait y avoir des solutions pour se protéger. D'autant plus que nous comptions nous équiper chèrement alors raison de plus pour se pencher sur le problème.
A contrario, beaucoup de cyclotouristes n'ont jamais été confrontés à du vandalisme ou du vol pur et simple. A défaut de comprendre pourquoi certaines personnes volent et s'il plus sain de se protéger en ville qu'en campagne, nous vous présentons les solutions actuelles que nous avons repéré sur le marché. Aide réelle ou gadget, nous avons testé personnellement quelques-unes de ces solutions. 

Vous retrouverez d'ailleurs en bas de page les solutions de la Team pour se couvrir en voyage.



  • Pour la bagagerie

Pour sécuriser les bagages (mais pas ce qu'il y a à l'intérieur), certains systèmes de fixation ont prévu une serrure intégrée. Notamment Klickfix dont nous vous parlions dans les équipements. Les sacoches arrière, la sacoche de guidon ou encore le top-case peuvent être ainsi sécurisés par clé. Ce type de serrure n'est pas l'équivalent bien sûr d'une serrure de porte de maison. A moins d'un arrachement violent, cet équipement produit son effet dissuasif mais n'empêchera pas le vol des affaires à l'intérieur des sacoches à moins de joindre aux fermetures un petit cadenas (qui ne tiendra pas longtemps). Quant aux top-case, ils ont en général leur propre serrure en plus d'être fixé sur le porte bagage.
Pour ceux qui auraient le vice de penser que des clés Allen seraient un allié des voleurs, nous en reparlons plus bas. En effet, on peut penser qu'en démontant basiquement le porte bagage avec les clés adaptées, les bagages dessus vont pouvoir suivre avec. C'est vrai. Il vous faudra tomber sur un acharné mais admettons... on va vous en reparler, chaque chose en son temps.


  • Pour les éléments qui composent le vélo

On vous en parlait en préambule, sur un vélo TOUT se vole. Roues, selle, dérailleurs, chaîne... tout y passe. Pour minimiser les dégâts, il existe quelques alternatives. Si une chaîne pourra se remplacer facilement avec votre trousse de dépannage ou un magasin de proximité, il est rare de partir en voyage avec une selle de rechange ou des roues en plus...
L'attache rapide qui a été considéré comme une révolution a grandement facilité la vie des voleurs. Vous avez tous eu un vélo où une clé plate était nécessaire pour retirer la roue avant. Avec l'attache rapide, terminé la clé ! Et on retire sa roue en deux secondes. Tellement simple qu'un enfant pourrait le faire. Lors des voyages, sachez-le, vous pouvez remplacer ces attaches.
Pour les roues ou la selle, on peut remplacer l'attache rapide par un autre axe sécurisé de part sa forme spécifique (5 côtés par exemple comme Tranz X en photo ci-dessous couleur argent). De fait, sans cette clé, pas de possibilité de démonter les éléments. Dans le même style, on retrouve les axes Lock N'Roll qui ont la particularité de ressembler fortement à une attache rapide classique sauf qu'il faut retourner le vélo complètement pour les dévérouiller (en noir sur la photo ci-dessous). Et retourner un vélo attaché près d'un poteau, c'est compliqué.
Pour la selle, un collier de serrage tout simple peut être installé à la place du serrage rapide, ce qui oblige à posséder une clé Allen pour la retirer.
Ces petites solutions sont très décriées par certains mais correspondent bien à d'autres. Nous ne les avons pas testé excepté le collier de serrage de selle, un classique.


A quoi servent des colliers de serrage pour tige de selle ou tout autre système qui seraient pourvues de vis Allen ? Et, comme nous le citions plus haut, à quoi sert de sécuriser ses bagages sur un porte bagage qui pourrait être dévissé facilement par un voleur un minimum équipé ? (après tout, des clés Allen... ça ne prend pas de place et c'est discret).

Et bien voici une solution à coupler avec les autres : Hexlox. C'est tout chaud ça sort du four... et ça y est c'est commercialisé. Le concept est plus facile à montrer qu'à expliquer, voici donc une vidéo. 



Hé hé... voilà un dispositif sans prise de tête qui n'implique pas un changement de visserie et qui permettra au voleur de base (90% d'entres eux), de se décourager rapidement. En complément des systèmes précédents, vos roues, potences, selles, dérailleurs seront déjà bien plus difficiles à extraire. Et ça.... j'achète !!!! On avait fait une pré-commande... il y a plusieurs mois... et le père Noël est passé... moi qui n'y croyais plus... Vous allez voir cela un peu plus bas.

Autrement, en changeant la visserie, vous pouvez disposer de vis avec une empreinte spécifique et la clé qui va avec. Idem pour les écrous. Cette quicaillerie est plus chère (beaucoup plus chère), mais un voleur non professionnel aura peu de chance de posséder la bonne clé. Les empreintes sont vraiment à part : à trois trous, en carré, en losange... des bizarreries visuelles qui signifient clairement qu'une clé lambda ne suffira pas.
Ce site pourra vous orienter vers une solution intéressante.
Les clés ont des références que vous devrez donner pour en racheter une si vous perdez l'originale. Car forcément avec ces sécurités, vous ne pourrez pas acheter une clé dans le Décathlon du coin pour vous dépanner, il faudra veiller tout particulièrement sur ces outils indispensables après installation de ces vis.



  • Pour le vélo lui même

Alors là... y'a du choix. Entre les antivols intégrés (comme sur nos Lapierre), les chaînes et les U, dur dur de se décider car il en existe des plus ou moins solides, plus ou moins faciles à transporter.

Un antivol en général est fiable parce qu'il est lourd. On met forcément plus de temps à couper une chaîne bien épaisse qu'un petit antivol classique de supermarché. Mais avec une meuleuse, une pince monseigneur ou d'autres techniques appréciées des voleurs, un grand nombre de ces antivols ne résistent pas qu'ils soient à code ou à clé.

Pour palier aux failles, certains cyclistes cumulent par exemple un U avec une chaîne ou un câble. Ce qui leur permet de se relier à n'importe quel mobilier urbain (poteau, banc etc.) et d'avoir aussi une attache solide pour le cadre et la roue.

Les antivols en U et les câbles peuvent être associés à une alarme sur certains modèles. En cas d'agression sur le vélo, 115 ou 120 décibels dans les oreilles peuvent faire fuir un voleur qui n'aura pas envie de se faire remarquer davantage.



Et si malgré tout, le vélo a disparu ?

En ce cas, quelques choix ultimes.

Bicycode propose par exemple un marquage chiffré sur votre monture avec l'espoir que, comme une voiture et son numéro de série, il puisse être remarqué un jour dans les mains du voleur nouveau propriétaire. Nous avons de gros doutes sur cette méthode. Son faible coût est d'ailleurs à mon sens la preuve du gadget psychologique. J'aimerai rencontrer une personne qui a pu retrouver son vélo de voyage grâce à ce marquage.
J'ajoute que de toute façon, un vélo (même de moyenne gamme comme les nôtres) a un numéro de série inscrit sur le cadre. Vous n'aurez aucun mal avec votre facture à prouver qu'il est à vous, faudrait-il encore remettre la main dessus...

Les sites qui vantent Bicycode écrivent souvent que cela "évite" le vol. Non. Le monde a changé et la majorité des voleurs n'ont rien à foutre d'un marquage pour peu qu'ils le remarque. Ca n'évite pas, ça peut miraculeusement permettre sa restitution. Ce n'est pas nouveau que j'peux pas me les saquer les "ingénieurs" de la Fub'... Et bouffer comme une ogresse pendant les fêtes ne m'a pas calmé !


Autre alternative qui me paraît déjà un peu plus intelligente : Les trackers, traceurs ou autres balises. Il en existe désormais plusieurs sur l'ensemble du marché et vous pouvez les disposer à différents endroits dans le vélo. Après constat du vol, l'application liée au traceur vous conduira à la monture ou à ce qu'il en reste.
Ce dispositif est paraît-il peu efficace quand le vélo a attéri dans une cave, le réseau ayant du mal à capter. Il est aussi conseillé de ne pas aller le chercher seul. 
Bikespike est l'un plus connu mais vous aurez du choix selon votre budget qui devra pour cette fois être plus conséquent que pour un marquage.

Enfin, si vous ne retrouvez pas la trace de votre chère monture, les assurances peuvent peut-être vous aider. Renseignez-vous auprès de votre assurance habitation.

Abus, grand fabriquant d'antivol, propose également son assurance pour rembourser le cycliste désespéré dans une limite de 1500 €. Sous quelles conditions ? Hahaha... Ne les lisez pas ça donne envie de chialer. Il faudra par exemple l'avoir fait marquer par Bicycode et ne pas se le faire voler entre 23h et 7h... entre autres ! Avant de signer quoi que ce soit (car les prix mensuels représentent quand même un billet), lisez toutes les lignes scrupuleusement. 

Vous comprendrez ainsi qu'il est préférable de tout faire pour ne pas que le vélo disparaisse.




Quel est le profil des voleurs ?

D'après les statistiques disponibles, les vols ont lieu en quantité en période estivale. Les gens sont détendus, la chaleur assome leur vigilance et endort leur méfiance. 

Mais été comme hiver, les voleurs sont là. A priori, on ne dénombre pas trop de gang de vélos qui se spécialisent dans le vol et la revente... il semblerait que ce soit plutôt des profils d'opportunistes de tout poil à l'affût de la "bonne affaire". Un VTT qui traîne avec un petit antivol devient alors tentant... surtout quand quelques minutes suffisent pour s'en emparer. Les identifier n'est pas simple, un voleur reste un humain semblable à vous, avec deux bras et deux jambes. Il peut être jeune, vieux, gros, violent, père modèle ou juste en galère de fric. Il peut même être femme... En général, on se fou de son profil, on constate juste avec colère la disparition de son vélo ou l'un de ses composants. 

Déterminé ou non, un voleur réfléchi rarement aux conséquences de son larcin. Avec le boom des vélos électriques, l'investissement d'une solution antivol s'avère indispensable.
On dédramatise avec cette chanson... "La p'tite voleuse n'a qu'une loi, ce qui est à toi est à moi !"


Les conseils de la Team :


- Règle de base et de bon sens : attacher son vélo à un point fixe. Le mobilier urbain est varié et à défaut de barrières vélos, vous trouverez toujours un poteau qui servira de port d'attache. 
Penser qu'aller chercher sa baguette deux minutes vous couvre est une erreur... un vélo est facile à embarquer et à désosser plus loin à l'abri des regards.

- Attachez TOUJOURS le cadre avec la roue et un point fixe (si possible tout ça avec un seul antivol). Je vois beaucoup de vélos attachés simplement par la roue avant... et avec attache rapide pour couronner le tout. Je conseillerai aux gens qui ont ce bon sens de donner directement leur bien ou de ne pas l'attacher du tout.

- Privilégiez un endroit stratégique. Il est préférable de ne pas le stationner dans une rue isolée ou il y a peu de passage. Même si aujourd'hui, la foule n'intimide plus la totalité des voleurs, c'est quand même un facteur de dissuasion pour l'opportuniste qui ne voudra pas prendre trop de risque.

- En voyage, ne laissez jamais votre vélo sans avoir pris au préalable vos papiers et votre argent dans vos sacoches. 

- Un bon U ou une chaîne de bonne épaisseur est l'une des solutions les plus fiables d'après de nombreux tests.

- De petits autocollants signifiant que le vélo contient un tracker ou une alarme (même si c'est faux) peuvent faire réfléchir un voleur non acharné, débutant ou enclin à chier dans son froc au moindre coup de vent.



Avant de vous dévoiler notre solution en périple, nous vous laissons regarder deux petites vidéos. La première est une solution radicale contre le vol... on ignore si cet outil est sur le marché mais je ne le pense pas.


Cette seconde vidéo, conçue par Ibra (dont les vidéos n'ont pas de rapport avec le vélo) a été reprise par pas mal d'internautes. Avec une simple corde, il puni tous ceux qui ne résistent pas à la tentation de lui voler sa monture... avant de s'aperçevoir (trop tard) qu'ils n'iront pas loin avec !



Les solutions de la Team :

Nous n'avons rien inventé. Si vous avez parcouru cet article complet, vous pourrez vous concocter un mélange audacieux.

Nos deux Lapierre possède un antivol intégré au cadre. C'est déjà une première sécurité qu'on pourrait comparer à un "anti-démarrage" à moins de péter tous les rayons...
Nous ajoutons à cela une chaîne imposante qui prend les roues et un point fixe (notre chaine mêle à la fois la chaîne classique et le  U). C'est lourd, c'est chiant à trimballer mais c'est très efficace.

Pour les éléments des vélos (tige de selle, potence, dérailleur, patte de dérailleur, porte bagage, charriot de selle, porte bidon), toute la visserie classique BTR a été sécurisée par Hexlox excepté les roues dont les axes ne sont pas modifiés car prises dans nos antivols. Et je ne pourrais pas forcément vu que mon axe avant a des dimensions non standards pour l'installation de mon porte bagage avant.

Les bagages sont quasiment tous sécurisé avec une serrure intégrée au porte bagage (lui même fixé avec des vis spéciales). 

Une galerie de photos est disponible en bas de cet article pour le système Hexlox sur notre vélo. Cela vous permet de bénéficier d'une bonne résolution d'image pour vous rendre compte.

Durant la nuit, les deux vélos rentrent dans l'abside de la tente. Un garage de fortune qui permet de les cacher de la vue de voleurs éventuels. Ils demeurent attachés même dans la tente par un câble sonore.


Même si, comme nous vous le disions, l'une de nous deux est toujours présente avec les vélos, il se peut que les laisser soit le seul choix possible. Par exemple, pour boire un verre dans un bar ensemble.

Dans ce cas, nous tâchons de les mettre à notre vue. Si c'est impossible, nous rajoutons à la panoplie précitée un câble de capacité de plus de 4 mètres avec alarme sonore. Tenter d'attaquer le câble nous préviendra alors par une centaine de décibels.
Cette longueur permet de prendre les deux vélos, les bagages, la ou les remorque(s) associé(es) aux vélos. Une technique imparable. 

En trois années de voyages et balades, aucun vol à déclarer pour l'instant. Pas même un rétroviseur dont la visserie a aussi été modifiée. Passer pour des paranos ou des fanatiques ne nous offense pas le moins du monde. Tout ce qu'on voit, nous, c'est qu'on garde intactes les affaires qu'on a mis des mois à se payer. Marre de se laisser dépouiller par des rats ! 


Le système Hexlox. Ni plus ni moins que l'impossibilité d'insérer une clé Allen dans son emplacement...