Le vélomobile

Le vélo... qui n'y ressemble pas

Je connaissais vaguement le terme et je crois même une fois dans ma vie en avoir dépassé un sur la route sans réaliser ce qu'était cette capsule de l'espace.

Alors le vélomobile késako? Bah... un vélo. Un vélo original caréné à base de composite. Evidement, pour l'équilibre, c'est un tricycle couché le plus souvent. C'est en surfant sur le net que j'en ai découvert un peu plus sur le sujet. Il est d'ailleurs considéré au même titre que les autres cycles par le Code de la route puisqu'il n'y a pas de moteur. Bon, petite différence quand même, étant donné que le cycliste de l'engin est incarcéré là-dedans, difficile de le percevoir comme un cycliste lambda qui disposerait d'un gilet jaune. Pour palier à ce manque de visibilité, les constructeurs équipent la monture de phares de façon électrique, ce qui démultiplie l'efficacité comparativement à des phares à pile ou de la dynamo ordinaire.

J'ai été assez conquise par le concept, par l'esthétisme, par les détails et par l'originalité. Si vous avez ça chez vous, vous serez sûrement le seul sur des kilomètres à la ronde.

A cet instant - et si vous avez visité la galerie photos - vous vous dites : "ah ouais claaaasse mais mais... c'est combien?"

C'est donc le moment de vous dire de quitter cette page si vous n'avez pas de mouchoir. Selon les modèles, les couleurs, les options, c'est plusieurs milliers d'euros jusqu'à s'envoler au prix d'une belle voiture motorisée. Ca, c'est vraiment le point bas mais le composite (qui habille aussi les bateaux) c'est cher et surtout c'est léger. Il ne faut pas oublier que ces petits bijoux ont été créé dans un but aérodynamique et peuvent taper des pointes impressionnantes...

Autre point bas, comme ce n'est pas accessible, et comme peu de gens en possède, les communautés qui rassemblent les heureux propriétaires ont l'air d'appartenir à la franc-maçonnerie. Genre de société secrète qui se destine à l'élite, à celui qui a de l'argent, qui aime la compétition et les activité entre gens du même délire. C'est hélas tout ce que nous détestons. Mais si un jour nous pouvions nous offrir un de ces modèles magnifiques, nous nous pavanerons à notre échelle dans les rues de notre village hihihi !

Dans l'attente de déambuler dans nos rues, voici un florilège de possibilités dans la galerie. Ces images proviennent d'internet.
Certains modèles électriques se rechargent avec un "toit" de panneaux solaires. On arrête pas le progrès...