Dormir


Sou trouve difficilement le sommeil. Moi, je m'adapte à tout ou presque. Ficelle ? Lui ronfle comme un marcassin.

Après avoir acheté le meilleur pour dormir (visitez les équipements), faire un long périple nous a permis de nous rendre compte de certaines facilités et difficultés.

Aussi, nous avons exploré différentes pistes au cours de nos aventures à vélo :

- Le camping à l'arrache : Ca a été notre carte la plus utilisée. Pédaler de bon matin et trouver un endroit caché pour planter la tente en fin d'après-midi. Nous avons fait de nombreux champs, essayant au mieux de profiter des buissons comme paravent. La tente étant verte claire, elle est grande mais discrète. La France regorge de terrains, de champs, de propriétés pouvant vous accueuillir mais il faut ouvrir l'oeil.
Les + : Tranquilité (si vous choisissez bien votre base de campement), grands espaces entouré de nature (nous avons 7m² de tente...), gratuité des lieux, évite de se prendre la tête à chercher un hôte, un hôtel ou autre chose. Sentiment de liberté, de retour en enfance où l'aspect "one again" n'avait rien d'angoissant.
Les - : Tranquilité compromise si vous croisez des animaux hostiles, des propriétaires mécontents ou des plantes urticantes. Difficulté d'accès dans certains endroits où il faut porter les vélos et le matériel ou encore tasser les herbes hautes avant de s'y poser. Pas assez de verdure pour se camoufler en zone urbaine si vous décidez de planter dans une ville. Vulnérabilité totale en zone déserte près des routes et donc des dangers potentiels. Insectes en nombre en périodes chaudes.

- Le vrai camping : Solution choisie quand les champs semblent difficile à atteindre, peu sécurisant ou qu'un camping se présente sur la route. 
Les + : Emplacement attitré et assez de place pour la tente, les vélos et le matériel. Plus de sécurité ? Pas sûre mais admettons. Des douches accessibles en général avec eau chaude, des toilettes, des éviers pour faire la vaisselle. Rencontres possibles avec d'autres randonneurs ou cyclotouristes.
Les - : Payant (prix plus ou moins abordable), trop de monde en période de vacances ou fin de vacances, matériels et vélos très exposés au regard des autres. Sanitaires plus ou moins propre selon les villes. Ci-dessous, à Culan (18), hors saison. Accueil fermé et camping désert... le bonheur.


- Les hôtels : Notre carte en milieu de périple pour faire le plein de tout les appareils et se reposer sereinement.
Les + : Chambre intime et confortable avec les commodités qui manquent beaucoup quand on vit dehors le plus souvent. De quoi se détendre avec la télé, Internet, un bar dans l'hôtel. Déjeuner copieux le matin avant de repartir. Sécurité des vélos dans un local adapté (demandez à l'hôtel s'il dispose de cet équipement). Possibilité de recharger tous vos appareils, de téléphoner, d'alimenter votre site et parfois quand le service est proposé de laver vos vêtements.
Les - : De trèèèès nombreux hôtel ne sont pas bicyfriendly... en gros : "mets tes vélos dehors et fais pas chier". Le prix évidemment... une bonne chambre coûtant entre 50 et 100 euros avec le petit-déjeuner. Petit dej' que nous avions eu gratuitement en Suisse car j'étais resté bloqué dans l'ascenseur... -_-" . Autre léger défaut mais ça c'est global, dans le budget précité je trouve les hôtels de plus en plus médiocre en France en terme de qualité de service. Entre le personnel qui rentre dans la chambre comme si c'était la fête et l'état de certaines chambres... ce moyen d'hébergement devient pénible à moins d'y mettre vraiment le prix. Dernier petit point noir : dormir à l'hôtel permet de reprendre contact avec la réalité du monde moderne, est-ce si nécessaire ?

- L'entraide communautaire : Plusieurs sites sur la toile propose à travers le monde de dormir chez l'habitant ou de se doucher chez lui. Dans un jardin ou dans une chambre, la solidarité se multiplie. Nous sommes donc naturellement inscrites sur l'un de ces sites : warmshowers et nous vous en parlions dans cet article.
Les + : Gratuité, rencontres des hôtes, informations utiles à recueuillir pour continuer sa route.
Les - : Risque d'hôtes désagréables ou bizarres... Lieux difficiles à trouver malgré les coordonnées fournies.

Ces avantages et inconvénients que nous devinons seront étayés quand nous auront essayé ce moyen d'hébergement encore inconnu.


Les conseils de la Team :

  • En dehors des lieux, préoccupez-vous surtout de votre confort de couchage. Un matelas isolé du sol, un duvet bien chaud (3 ou 4 saisons), une tente discrète et adaptée pourront vous faire dormir convenablement à peu près n'importe où.

  • En prévision du mauvais temps, privilégiez un terrain légèrement incliné pour l'écoulement de l'eau. A défaut, une petite tranchée creusée tout autour pourra vous éviter une pataugeoire.

"Dormir à deux rend la nuit moins opaque." (Malcolm De chazal)